Palmarès Best Workplaces Europe 2018 : 21 entreprises françaises se démarquent

Great Place To Work® dévoile aujourd’hui le Palmarès européen des entreprises où il fait bon travailler en 2018. Les meilleures entreprises issues des palmarès nationaux « Best Workplaces » de 19 pays européens ont été distinguées à l’occasion de la 16e Cérémonie du Palmarès Best Workplaces Europe, qui a regroupé hier soir à Athènes les équipes des entreprises lauréates.

Découvrir le Palmarès Best Workplaces Europe 2018

Cette année, Great Place To Work® a audité plus de 2800 entreprises européennes, soit 1,6 million de collaborateurs. Au final, seules 125 entreprises ont été retenues pour faire partie du Palmarès européen, dont 8% sont françaises. La France se situe au même niveau que l’Allemagne ou le Danemark – juste derrière la Suède, dont les lauréats représentent 9% du Palmarès global.

4 catégories d’entreprises sont représentées :

  • les multinationales[1] (25 entreprises)
  • les entreprises de plus de 500 salariés (30 entreprises)
  • les entreprises de 50 à 500 salariés (50 entreprises)
  • les entreprises de moins de 50 salariés (20 entreprises)

Michael C. Bush, PDG de Great Place To Work®, s’est exprimé lors de la Cérémonie à Athènes : « Les organisations figurant au palmarès Best Workplaces Europe cette année représentent des cultures d’entreprise avant-gardistes, qui cultivent l’inclusion pour toutes et tous. Ces entreprises ont su placer l’humain au cœur de leur stratégie, et sont parvenues à offrir un environnement dans lequel les salariés peuvent se sentir eux-mêmes, construire des relations solides, et s’épanouir avec leurs collègues ».

Salesforce assoit son positionnement de leader et Kiabi continue son ascension

Le groupe américain Salesforce, qui a fait une entrée remarquée cette année au Palmarès Best Workplaces France en se plaçant directement à la 1ère place de la catégorie 500 à 5000 salariés, occupe également le haut du podium en Europe. Le leader mondial du logiciel de gestion client a notamment l’ambition d’engager l’ensemble de ses salariés dans des programmes de volontariat. Ainsi en 2017, 18 179 heures pro bono ont été réalisées au niveau mondial, dont 714 en France.

La 2e place du palmarès est occupée par le groupe agroalimentaire américain Mars, qui a pris au cours des dernières années de nombreuses mesures en faveur de ses 14 500 salariés européens. Chez Mars, on ne parle pas de salariés mais d’« associés », et l’ensemble des managers du groupe profitent d’un programme de « construction des compétences managériales ».

Le groupe hôtelier Scandic clôt le trio gagnant, et illustre l’avance encore considérable des pays nordiques (dans ce cas, la Suède), sur le reste de l’Europe. En effet, 22 entreprises ou filiales suédoises – toutes catégories confondues – figurent cette année au classement.

On note la belle performance du groupe Kiabi, seule multinationale française au palmarès cette année. Le leader français de l’habillement, qui occupe cette année la 2e place du Palmarès France, continue ainsi son ascension parmi les grandes multinationales européennes, en se hissant à la 15e place (contre la 21e en 2017). Nicolas Hennon, leader Monde de Kiabi, revenait en mars dernier lors du Great Day organisé par Great Place To Work® France sur la transformation stratégique et culturelle du groupe : « La transformation doit impulser et avoir un impact sur la performance sociale et économique de l’entreprise, et non l’inverse. Elle se fonde sur 3 piliers : premièrement, en créant partout dans l’entreprise un environnement qui favorise le bien-être, en libérant la parole et en donnant du feedback ; deuxièmement en mettant en place un cadre commun pour construire ensemble une feuille de route qui anime le quotidien ; et troisièmement, en réinventant l’organisation ». Lire le compte-rendu intégral de son intervention

 

50 à 5000 salariés : une belle performance pour la France

5 entreprises françaises figurent dans le classement des 30 meilleures entreprises de 500 à 5000 salariés où il fait bon travailler en Europe :

-        Le cabinet de conseil Extia, 2e au Palmarès Best Workplaces France 2018, occupe la 8e place. Extia se distingue notamment par la mise en place d'un système d'information agile baptisé "Vamos", qui couvre à la fois les processus de gestion, de vente et de ressources humaines. 

-        mc2i Group, cabinet de conseil en SI, occupe la 17e place (4e au classement français). Cette entreprise a mis en place des "clubs de capitalisation" : basés sur le volontariat, ils permettent à tout consultant de s’investir en interne dans la vie du cabinet et d’échanger lors de réunions conviviales avec d’autres consultants partageant les mêmes centres d’intérêt.

-        Wavestone, cabinet de conseil en management, est à la 18e place (5e au classement français). Pour à susciter l’engagement de ses collaborateurs et encourager leur investissement sur des projets sociaux et sociétaux, Wavestone a mis en place le Powerday, journée mondiale de solidarité du cabinet.

-        Talan, expert dans l’accompagnement de la transformation agile, est à la 25e place (8e au classement français). Pour Talan, le levier technologique permet de placer le collaborateur au centre et de créer du lien entre les individus : ils ont ainsi mis en place une monnaie collaborative blockchain (le Talan Coin), analysent les CV grâce à l'intelligence artificielle et utilisent des podcasts ou Moocs pour permettre à leurs collaborateurs de transmettre leur savoir. 

-        Equaline, centre d’appel, occupe la 28e place  (9e au classement français). Chez Equaline, des forums d'échange ont été mis en place, sous forme de "réunions ambassadeurs" conviviales. L'objectif : permettre à chacun de s'exprimer et de faire entendre sa voix. Pour aller plus loin dans cette démarche, Equaline mesure chaque mois la satisfaction de ses collaborateurs.

Dans la catégorie des entreprises de 50 à 500 salariés, on retrouve 4 entreprises françaises :

-        Zenika, entreprise de services du numérique, à la 9e place, a mis en place de nombreuses bonnes pratiques autour de la transparence, dans une logique d'amélioration continue et de fédération autour du projet commun de l'entreprise. Tous les collaborateurs se l'approprient et l'évoquent régulièrement comme argument lors d'échanges internes. 

-        Octo Technology, société de conseil en informatique, à la 23e place, cultive la culture de feedback : chaque semaine, des "One on One" permettent aux collaborateurs d'échanger avec leurs managers sur environ 30 minutes, et de nouer des relations de confiance. 

-        Colombus Consulting, cabinet de conseil en management et organisation, à la 40e place, a mis en place un dispositif d’évaluations très régulières (tous les 4 mois) : une réalisée par le responsable de mission, une auto-évaluation du salarié et une "évaluation miroir" où chacun évalue son évaluateur. 

-        Uptoo, société de services aux entreprises, recrutement et sélection, à la 47e place, implique ses collaborateurs dans les initiatives stratégiques de l'entreprise, notamment via 6 chantiers transverses baptisés "BUILD", dont les leaders ne font pas partie de la direction. Le but : faire réfléchir les collaborateurs sur des sujets qui les sortent de leur quotidien et qui leur permettent de contribuer différemment à la croissance de l'entreprise.

 

19 pays européens réunis autour des valeurs communes de Great Place To Work®

Présent dans 19 pays en Europe, Great Place To Work® a su rassembler autour de valeurs communes une grande diversité de cultures, d’environnements sociaux, politiques et économiques. La première valeur est la convivialité, puisque 96 % des salariés des 125 entreprises lauréates de cette année affirment s’être sentis bien accueillis lors de leur arrivée dans l’entreprise. Parmi les facteurs clés qui expliquent que les collaborateurs se sont sentis accueillis dès leur arrivée, on retrouve : le fait de se sentir au travail « comme chez soi » (84 %), d’avoir « l’impression de faire partie d’une équipe, voire d’une famille » (83 %), de sentir une sincère considération de la part de la direction (82 %) et enfin d’être managés de manière transparente, honnête et éthique (80 %).

Par ailleurs, ce sentiment de convivialité perdure sur le long terme, puisque 95 % des salariés ont le sentiment d’évoluer dans un environnement convivial, et ce pour cinq raisons majeures :

  • Le fait que les individus se préoccupent les uns des autres (91 %)
  • De faire l’objet d’une reconnaissance spéciale (91 %)
  • De bénéficier d’un traitement équitable en toutes circonstances (90 %).
  • D’appartenir à une équipe soudée, voire « à une famille » (90 %).
  • Et enfin, le fait que la direction soit à même de se montrer honnête et de reconnaître ses erreurs (88 %).

Un des exemples probants autour de ce sentiment de convivialité vient de Salesforce, qui cultive « sa famille » (« Ohana ») en réunissant tous ses collaborateurs, y compris les nouveaux arrivants, autour des « ambassadeurs Ohana ». Sur leur site internet, ils expliquent : « Ohana représente l’idée selon laquelle la famille – de sang, d’adoption ou de choix – est inextricablement liée, et tous ses membres sont responsables les uns des autres. »

Outre la convivialité, les collaborateurs partagent un puissant sentiment de fierté vis-à-vis de leur entreprise, puisque 93 % des salariés des entreprises lauréates cette année se disent fiers de travailler au sein de leur entreprise. Enfin, l’épanouissement au travail et en-dehors constitue un socle de valeurs communes avec 92 % des collaborateurs des entreprises lauréates affirmant qu’ils peuvent « être eux-mêmes » au travail.

 

Découvrez l’intégralité du Palmarès Best Workplaces Europe 2018

(Re)découvrez le Palmarès Best Workplaces France 2018



[1] Les multinationales correspondent aux entreprises figurant dans au moins trois palmarès nationaux de Great Place To Work®, et dont 50 % au moins des salariés se trouvent en dehors du pays d’origine de l’entreprise.

 



© Great Place To Work® Institute. All Rights Reserved.
made with by CIC