2019 : quels nouveaux défis attendent les DRH et leurs équipes ?

Great Place To Work® a mené une enquête, intitulée "HR Panel", auprès d’un panel de 674 professionnels des ressources humaines en Europe, dont 96 en France. Leur participation nous permet aujourd’hui de dégager des tendances prospectives sur les sujets liés à la qualité de vie au travail, et plus largement au management et aux RH. Au cœur des enjeux de demain, on retrouve les nouveaux modes de travail ou la digitalisation. Mais on observe aussi une évolution en profondeur de la fonction RH et des attentes liées au leadership.

Découvrir les résultats de l'enquête "HR Panel"

Les ressources humaines au cœur des enjeux stratégiques des entreprises

Historiquement créés dans une optique de recrutement au sein des usines, les "services du personnel", rebaptisés "ressources humaines" dans les années 1980, n’ont cessé de se transformer et de se professionnaliser pour répondre aux besoins de plus en plus complexes des entreprises. Au-delà des fonctions techniques nécessaires au bon fonctionnement des organisations, les DRH et leurs équipes doivent aujourd’hui relever de multiples défis, parmi lesquels les répondants au "HR Panel" identifient le recrutement, la rétention des talents, la conduite du changement, le développement des compétences ou encore la formation des managers. Ce n’est donc pas un hasard si, pour près de 80% d’entre eux, l’influence et la crédibilité de la fonction RH au sein de l’organisation et auprès de l’équipe de direction s’est renforcée au cours des 3 dernières années. 60% affirment même que leur budget a augmenté, permettant ainsi d’engager des actions pour répondre concrètement aux besoins de leurs entreprises. Les RH sont en effet au cœur des nouveaux enjeux des organisations, parmi lesquels ils identifient notamment la croissance, l’internationalisation, le management de l’innovation, la transformation digitale et le management des talents – autant de défis que les entreprises ne pourront pas relever sans placer les RH au cœur de leur stratégie.  

 

Les soft skills désormais incontournables pour affirmer un leadership innovant

Cette importance croissante de la fonction RH s’inscrit dans une transformation globale et profonde du concept de leadership, comme le confirme l’émergence de concepts tels que le "thought leader", le "for all leader" ou le "manager 3D" (en savoir plus). Le "HR Panel" montre d’ailleurs que vision et intelligence émotionnelle sont les deux qualités de leadership citées comme les plus importantes dans les années à venir. On trouve en troisième position l’exemplarité, puis la capacité à donner du sens, et enfin l’"empowerment". Les qualités citées illustrent l’importance croissante apportée par les Français aux soft skills[1], de plus en plus recherchées en entreprise, notamment pour des postes impliquant du management hiérarchique ou fonctionnel. Une tendance confirmée par les éléments phares qui distinguent les entreprises du classement Best Workplaces : en comparaison avec l’ensemble des entreprises évaluées, les great places to work obtiennent notamment d’excellents résultats sur un ensemble de questions liées aux savoir-être des managers, au-delà de leur compétence technique.

 

Le « smart working » : des nouveaux modes de travail à développer

On le croirait bien ancré dans les pratiques des entreprises, et pourtant : le « HR Panel » révèle que seuls 46% des répondants proposent du télétravail à certains de leurs salariés, contre 57% de leurs homologues européens. Cette tendance semble cependant vouloir se mettre en place durablement, puisque qu’ils sont 30% à déclarer vouloir le mettre en place dans un futur très proche. En effet, les bienfaits du télétravail ne sont plus à prouver[2] : réduction de l‘absentéisme, amélioration de l’expérience collaborateur, amélioration de la performance…  Dans cette optique, l’enquête révèle que le management de la santé et l’attention portée à l’équilibre des temps de vie sont des pratiques considérées comme installées par 69% des équipes RH ayant répondu à l’enquête, et planifiées pour 23% d’entre elles. Le travail depuis des tiers-lieux est, lui, adopté par 40% des entreprises, et 26% ont prévu de le proposer à leurs salariés dans un futur proche.

 

La digitalisation reste un défi à relever pour la France

Si le smart working a parfois du mal à passer les barrières culturelles, ce n’est pas le cas de la digitalisation, qui impacte depuis plusieurs années toutes les strates des organisations – et les RH, en tant que catalyseurs du changement, font partie des services les plus concernés. Sur le recrutement, défi majeur puisque 69% affirment être confrontés à la rareté de bons candidats sur le marché de l’emploi, la France est particulièrement innovante : 87% des professionnels RH interrogés déclarent utiliser les réseaux sociaux pour recruter, contre une moyenne européenne de 75%. Idem sur les réseaux sociaux d’entreprise, mis en place par 69% des répondants français mais seulement 52% en Europe. Malgré cette avance, la digitalisation reste un défi, dans la mesure où ils ne sont que 54% à considérer la digitalisation comme un changement de structure déjà implémenté. Plus de la moitié d’entre eux identifient un manque de technologies et d’outils RH. 19% des répondants au "HR Panel" France ont ainsi prévu de mettre en place des formations et un apprentissage sur le digital au sein de leurs entreprises dans un futur proche. La formation est d'ailleurs un des sujets les plus impactés : 52% des entreprises ont des outils de formation en ligne, et 33% prévoient d’en développer rapidement. Ces données confirment celles de l’étude réalisée par Boson Project et SAP Success Factors[3] : pour 15% des répondants à l’enquête, le plus grand défi du DRH de demain reste la transformation digitale, devant la cohabitation des générations, le burn-out ou la guerre des talents.



[1]A l’inverse des hard skills, qui font référence à des capacités cognitives (évaluées par des tests de QI, par exemple), les soft skills font appel aux traits de personnalité, sens, motivations, préférences, etc. Ce terme se réfère donc à des qualités plus informelles que techniques ou académiques, parmi lesquelles l'écoute, la pédagogie, l'empathie, l'adaptabilité ou la créativité.

© Great Place To Work® Institute. All Rights Reserved.
made with by CIC