Réglages des cookies
Paramétrez vos cookies pour naviguer sur ce site
Cookies essentiels
- Cookies de session
- Cookies de connection
Performance
Fonctionnels
- Google Maps
- YouTube
- Réseaux sociaux
Ciblage
- Facebook

Construire une great place to work for all

Les contours du travail évoluent, redessinés par les progrès du numérique et de l’intelligence artificielle – une mutation aussi pleine de promesses que de zones d’ombre.

L’automatisation du travail par les robots est ainsi désormais la première peur des salariés[1]. Cette appréhension trouve en partie sa source dans un manque de connaissance qui nourrit les incertitudes, et rend difficile la projection dans l’avenir pour le plus grand nombre.

Nous sommes aujourd’hui confrontés à des défis globaux, teintés ambiguïté, qui nous invitent à dépasser les clivages entre entreprises, gouvernements, médias, associations. Les collaborateurs sont aussi des individus, des consommateurs et des citoyens ; les entreprises, des lieux de vie et des acteurs du développement durable.

L’entreprise ne peut plus être une entité à part, centrée seulement sur ses objectifs propres : au confluent d’enjeux multiples et complexes qui dépassent son cœur d’activité, elle devient un acteur majeur de son environnement, comblant le vide laissé par les pouvoirs publics. Chez Great Place To Work®, nous pensons que la puissance de son potentiel d’innovation doit être perçue et exploitée à une échelle plus large, celle de la société.

Refuges de confiance face à la défiance ambiante qui touche les institutions traditionnelles, les entreprises sont de fait dépositaires d’un nouveau pouvoir, et donc d’une nouvelle responsabilité. Il leur incombe de faire des choix forts et engageants. Dirigeants comme collaborateurs, nous avons la possibilité de rebattre les cartes. Si la responsabilité sociale des entreprises était hier l’apanage d’entreprises militantes, elle est aujourd’hui une nécessité. Nous n’avons plus vraiment d’autre choix que d’inclure dans notre démarche, de manière holistique, l’ensemble des parties prenantes de la société – clients, collaborateurs, environnement[2].

La qualité de vie au travail est ainsi un vrai levier de performance économique et d’épanouissement individuel. C’est l’huile dans les rouages de ces organisations qui sont le cœur battant de notre société. C’est une vraie priorité stratégique qui doit être impulsée au plus haut niveau de direction, portée et vécue par l’ensemble des équipes. C’est aussi un engagement fort, qui demande beaucoup de travail, du courage managérial, des ressources et des moyens financiers, mais qui améliore significativement les résultats financiers de l’entreprise sur le long terme.

Beaucoup d’entre elles ont d’ailleurs compris qu’il fallait aller plus loin et inscrire la qualité de vie au travail dans une transformation culturelle plus globale, réalisée en profondeur. Les organisations s’aplanissent, la hiérarchie s’estompe. Les « chefs » disparaissent au profit des « leaders », l’autorité n’est rien sans empathie, sans humilité[3], le savoir-être nourrit le savoir-faire. Longtemps vécues comme des lieux d’aliénation voire de souffrance, les entreprises se réinventent et deviennent des univers vivifiants où les gens se connectent, créent, trouvent du sens et où l’humain est au cœur des préoccupations. Elles sont peut-être le grand réservoir d’innovations et de solutions qui nous permettra d’aborder la grande crise de sens à laquelle nous sommes confrontés.

Or, c’est aux leaders de créer les conditions pour que chacun puisse optimiser son potentiel, et donc innover, en s’inscrivant dans une dynamique résolument et « activement » inclusive. Quel que soit son genre, son âge, son statut, ses aspirations, chaque collaborateur doit être considéré avant tout comme un talent dont la richesse peut être pleinement déployée. Chez Great Place To Work®, nous sommes persuadés que ce sont finalement ces leaders qui emmèneront chaque acteur d’une organisation, et l’organisation elle-même, vers un niveau de performance supérieur.

Faut-il pour autant gommer les spécificités personnelles ? Ce livre a été rédigé avec un prisme américain : les études, les références, les exemples doivent être replacés dans leur contexte culturel. Mais le modèle proposé par Great Place To Work® repose sur une conception universelle, voire intemporelle, des « entreprises où il fait bon travailler », où la confiance est au cœur des relations.

La perspective américaine est particulièrement riche pour les entreprises françaises. Là où le modèle d’intégration français s’est construit sur une volonté républicaine d’universalisme visant à lisser les spécificités sous la chape de notre identité collective, les Anglo-Saxons, et plus particulièrement les Américains, s’inscrivent dans une tendance communautariste qui peut dérouter les Français. Comparer la perception des Afro-américains, des « Latinos », des femmes, des membres de la communauté LGBTQ avec celle des « hommes blancs » ne serait pas admis – ni même légal – en France, où, par exemple, la notion de « groupe ethnique » n’a pas d’existence juridique, contrairement aux Etats-Unis. Ce prisme différent et complémentaire du nôtre met en lumière certains mouvements de fond à l’œuvre dans les entreprises.

Par ailleurs, les Français se caractérisent par un esprit plus critique dans leur rapport à l’emploi. Une approche source de questionnement, de remise en question, de progression. Nous, Français, sommes particulièrement attachés à notre travail, à son utilité, à son impact, quitte à avoir des attentes fortes en matière de reconnaissance. Mais nous restons parfois captifs de notre propre défiance. Aux Etats-Unis, la perception est plus positive, et ça fonctionne ! Créer une dynamique positive autour de l’engagement et du travail n’est ni naïf, ni mensonger. Comme vous le verrez dans les pages suivantes, les résultats sont là.

La vision portée par ce livre, malgré son ancrage fort dans le contexte américain, est universelle. Demain, les entreprises seront toutes des great places to work ou ne seront plus, parce que porter attention à ses collaborateurs, à ses clients et à son environnement n’est pas une option mais bien la condition sine qua non pour continuer à innover et relever les défis du futur du travail...

POUR LIRE LA SUITE, COMMANDEZ NOTRE LIVRE CONSTRUIRE UNE GREAT PLACE TO WORK FOR ALL 

[1] Edition 2019 du Trust Barometer, agence Edelman

[2] Source : théorie des parties prenantes (Freeman), Démontrer la création de valeur de l’économie de la considération (Roland Berger / Club Med)

[3] Source : « Great Insights France 2019 », Great Place To Work®



« LE LAB
© Great Place To Work® Institute. All Rights Reserved.
made with by CIC